3Mai

Les voitures autonomes : Une remise en cause de l’Intelligence Artificielle

Suite à quelques incidents impliquant Uber et ses voitures autonomes, l’entreprise américaine a décidé de suspendre, pour la seconde fois, ses tests. Dans chaque cas, les personnes impliquées dans les accidents n’ont pas respecté le code de la route. Lors du dernier en date, la piétonne a traversé la route hors du passage qui lui était réservé et les véhicules ont outrepassé les priorités

Une voiture autonome est-elle une voiture qui roule toute seule ?

Une voiture autonome est une voiture pour laquelle la conduite est en partie ou totalement automatisée. Cette automatisation peut aller de la simple prise en charge de la trajectoire par la machine à l’automatisation complète du véhicule. La voiture est alors équipée de plusieurs capteurs (caméras, radars, lasers, capteurs ultrasons) et d’un logiciel informatique qui agissent ensemble grâce à l’Intelligence Artificielle :

  • les capteurs collectent les informations
  • le logiciel les interprète
  • l’Intelligence Artificielle aide à la price de décision

Ainsi, la voiture possède des programmes l’obligeant à respecter scrupuleusement le code de la route. Sur le papier, cette solution semble être le fonctionnement idéal mais ce n’est malheureusement pas le cas dans la réalité. En effet, la voiture autonome pâtit de son manque d’humanité. Les conducteurs cherchent à s’engager sur un carrefour giratoire à la première occasion alors que les véhicules autonomes attendent qu’ils n’y aient plus de voitures sur le carrefour pour s’engager.

Par ailleurs, si la voiture autonome semblait être la solution pour limiter les accidents de la route, la question de la sécurité commence à faire polémique. L’objectif de la voiture autonome est d’épargner le maximum de personnes lors d’une éventuelle collision quitte à mettre en péril les passagers qu’elle transporte.

 

 

Comment gérer ce manque d’humanité ?

Lors d’une interview portant sur l’Intelligence Artificielle, Cedric Vinalli, mathématicien et politicien, a évoqué des solutions intéressantes pouvant contourner les problèmes liés au fait qu’on ne puisse pas attendre de la machine qu’elle raisonne moralement :

  • Méthode basée sur le raisonnement humain et le rapport de causes à effets : cette technique consiste à donner “des instructions en fonction des causes et des conséquences” afin de copier le raisonnement humain. Par exemple, si je roule trop vite je risque de ne pas avoir le temps de voir les piétons et de les heurter.
  • Programmation “par l’exemple”. Cette technique consisterait à filmer les conducteurs dans une voiture autonome afin que cette dernière apprenne par l’exemple. Cette technique permettrait ainsi à la machine de prendre une décision en fonction d’une réaction humaine déjà vécue.
  • Programmation “par exploration” qui consiste à “laisser la machine simuler un grand nombre de situations et choisir parmi elles.”

Le manque d’humanité de l’Intelligence Artificielle inquiète tous les secteurs. De ce fait, d’autres innovations sont créées ou sont en cours de développement pour pallier ce problème telles que la création de neurones artificiels dans le secteur de la santé. Le principe est de créer un réseau de neurones artificiels, habitués à recevoir une grande quantité d’informations pour prendre de bonnes décisions.

 

En définitive, l’Intelligence Artificielle est vouée à être utilisée dans tous les secteurs. Dans le secteur automobile, elle a fait défaut récemment mais les problématiques liées à cette technologie sont identifiées et des recherches d’innovations et d’améliorations ont été lancées pour pouvoir les intégrer en sécurité dans notre quotidien.

 

Tatiana

Leave reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *